Foire aux questions

Le bois est une source d’énergie renouvelable 


Le bois est une énergie renouvelable car la forêt se reconstitue, sur une durée allant de 5 à 200 ans, essentiellement à partir de graines produites par les arbres et grâce à la bonne gestion des forestiers.
Cette ressource énergétique se renouvelle environ un million de fois plus vite que les énergies fossiles comme le charbon ou le pétrole. Si sa gestion est raisonnable, on peut en même temps assurer le renouvellement de la forêt et satisfaire le besoin des hommes.
En pérennisant cette gestion raisonnée, il est tout à fait logique de considérer le bois comme une source d’énergie renouvelable.

 

  • En se chauffant au bois, on émet beaucoup moins de CO2 ?

Sur l’ensemble de son cycle de vie, le bois de chauffage possède des avantages environnementaux et énergétiques indéniables en termes d’émission de CO2 et d’utilisation d’énergies non renouvelables nécessaire à sa production.
Le bilan de la combustion du bois en elle-même est sans conséquence sur les émissions de CO2: en effet, le CO2 dégagé lors de sa combustion sera immédiatement remobilisé par la biomasse en croissance grâce à la photosynthèse. Ainsi le CO2 émis par la combustion du bois ne contribue pas à l’augmentation de l’effet de serre mais il faut tenir compte des autres étapes de production du combustible: transformation, transport...

 

  • Brûler du bois, c’est polluant ?

Dans le cas des cheminées classiques, dites cheminées ouvertes, mais aussi avec les poêles, inserts et foyers fermés antérieurs à 2000, cela peut-être vrai. Il faut garder à l’esprit que le bois reste une source d'énergie brute, composée d'éléments complexes non raffinés (présence d’éléments divers sous forme de traces : métaux, chlore…). Un niveau élevé d’émissions polluantes (poussières et imbrûlés gazeux) est donc le signe d’une combustion mal maîtrisée liée à l’utilisation de bois impropre à la combustion (humide, sale) et/ou d’un appareil peu performant ou vétuste.
La pollution engendrée par la combustion du bois de chauffage diminue au fur et à mesure que la qualité des équipements utilisés progresse, en particulier si l’on utilise des appareils récents labellisés « Flamme verte». L’utilisation d’un bois propre et sec (humidité < 25%), suivant les critères de la marque Centre Bois Bûche permettent également de limiter les pollutions.

 

  • Corde, stère, m3: quelle unité de vente pour le bois de chauffage?

La corde de bois de chauffage est une unité de mesure très ancienne (avant la révolution française). C'était la quantité de bois déterminée par la longueur d'une corde entourant les morceaux de bois coupés vraisemblablement à une longueur donnée. Cette unité varie énormément en fonction des régions et même des localités car la corde utilisée mesurait entre 6 m et 13,60 m selon que l'on habitait en Bourgogne ou à Marseille. La corde équivaut en moyenne entre 2 à 5 stères.
Le mot stère, venant du grec stereos signifiant solide,apparaît officiellement dans l'article 5 de la loi du 18 germinal an III (7 avril 1795). Le stère correspond à 1 m3 de bois empilés, confectionné exclusivement avec des bûches de 1 m de longueur, toutes empilées parallèlement et rangées avec soin. Le décret n° 75-1200 du 4 décembre 1975 déclare : « Le stère est employé pour mesurer le volume du bois de chauffage empilé. L'emploi du stère devra cesser avant le 31 décembre 1977. » Aujourd'hui, même si le stère est toujours employé comme unité d'encombrement réservée au bois de chauffage, il appartient à la catégorie des unités non autorisées.


L’unité légale de vente du bois de chauffage est le m3.